Les joies du bord de mer en Italie – Mirabilandia

Première étape de mon périple estival en Italie. Après un atterrissage et une soirée à Bologne j’ai pris la direction de Ravenne, ville à côté de laquelle se trouve Mirabilandia, l’un des principaux parc italien où j’ai passé deux jours. Mirabilandia appartient depuis quelques années au groupe Parque Reunidos. L’entrée n’est pas excessivement chère et de nombreuses offres sont proposées tout au long de l’année pour booster un peu la fréquentation. J’ai pu par exemple en plein été bénéficier d’un deuxième jour acheté avec un billet au tarif classique.

L’ambiance est donné lorsque l’on arrive sur la route qui longe le parc et même au parking, ou à l’arrêt de bus pour moi. La destination est plutôt bien desservie par les transports en commun de la ville. On repère facilement la grande roue puis au niveau de l’accès bus une belle inversion B&M noire dont je vais vous reparler plus bas.

I Speed

Intamin nous propose là une montagne russe lancée avec un top hat puis un parcours assez rapide et sec comportant également deux inversions… De part sa couleur rouge et l’ambiance de sa file d’attente il évoque la formule 1. C’est d’ailleurs la forme du véhicule qui nous emmene sur ce ride montant à près de 100km/h en 2,2 secondes. L’expérience est assez intense mais et parfois très abrupte. Il est néanmoins l’un des incontournables du parc.

Divertical

Ne cherchez pas ici une quelconque thématisation. Ce water coaster également signé Intamin est tout de même pour le moins original. Le bateau flotte jusqu’à un ascenseur qui vous entrainera dans une chute à 45 degrés frolant un premier bassin. Quelques virages plus tard sur son rail de montagne russe vous finirez dans un second bassin qui ne manquera pas cette fois ci de vous mouiller. L’expérience est sympa, l’attraction mouille mais n’inonde pas non plus. Un bon moment à passer.

Katun

C’est certainement mon gros coup de coeur de ce passage dans le parc. Bolliger et Mabillard ont une fois de plus signé un invert coaster magique de 1200m de long. Le plus long d’Europe a égalité avec le Monster de Walygator. En revanche, côté immersion il n’a absolument rien à voir avec son frère lorrain. Une gare d’inspiration maya, civilisation dont le nom de l’attraction est d’ailleurs une unité de temps. Cela explique les portes circulaires au début et la fin du ride. Une vrai histoire et une machine magique parfaitement intégrée dans un décor naturel. Au delà de çà, toute la zone est absolument superbe on se croirait vraiment dans une reconstruction de ruine maya. L’un des accès passe d’ailleurs par ce décor avec une somptueuse montée de marche. Un vrai dépaysement qui tranche d’ailleurs avec d’autres zone du parc où la théma est beaucoup moins poussée. Mais après quelques recherches, je me suis rendu compte que Katun est sorti de terre dans une époque où le parc était géré par les propriétaires… de Phantasialand. Je ne voudrais pas trop m’avancer mais je ne pense pas que l’on puisse parler de coïncidence.

Max Adventure Master Thaï

Cet ancien duel de montagne russe en acier de Preston et Barbieri est un anneau de Möbius puisque le parcours passe d’une gare à l’autre.  Ce genre de coaster n’est pas réputé pour être très doux. Désormais il propose deux types d’embarquement. Un classique, ou un autre en VR pour expérimenter le parcours avec une vision différentes. Je ne pense pas que la réalité virtuelle soit adapté a ce genre d’attractions aux virages brusques et brutaux. De plus la technologie proposée par Samsung ne permet pas une mise au point parfaite et le film n’est pas non plus exceptionnel. En plus l’installation des casques rend l’embarquement extrêmement long.

Côté coasters, 3 autres machines sont présentes. Leprotto Express, un kiddie qui se balade dans un décor sommairement « fruité ». Rexplorer est un e-powered intégré dans une zone préhistorique comportant plusieurs flatrides et même une « école de conduite ».
Enfin Pakal est une wild mouse assez brutale dans un univers de Far West. On retrouve aussi dans la zone un duo de tour (un space shot et un turbo drop) un parcours d’horreur payant un disc’o coaster et un shoot the chute. Ce dernier mouille grandement et même dès l’embarquement. Le splash des bateaux précédents s’etend jusqu’à la gare pourtant en partie abritée.

Reset

On terminera avec un parcours scénique interactif. Réalisé par Mack Rides il nous embarque dans un univers post apocalyptique. La zone d’entrée est très bien réalisée. La file d’attente est assez sombre et perturbante. Enfin le parcours en lui même est plutôt joli est très bien fourni. Une belle attraction du genre.

Mirabilandia est donc un parc proposant de bonnes attractions plutôt bien entretenue. Dommage qu’il y ait parfois de grosses disparités entre des zone grandement fournies en décors et d’autres qui sont à l’état brute et donne l’impression d’être dans un autre parc. Un bon rapport qualité prix et un passage a prévoir si vous passez dans ce secteur.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *